Faire du vélo dans le noir: des conseils pour rouler de nuit

Alors que les jours se raccourcissent et que la saison froide pointe à l’horizon, nous retournons lentement à notre home trainer pour recommencer à pédaler à la maison. Mais peut-être devrions nous aussi nous rappeler des conseils de Dark Vador, quand il nous disait: si seulement tu connaissais la puissance du côté obscur. Avec un éclairage adéquat, les vêtements qu’il faut et quelques règles de sécurité, non seulement le côté obscur est puissant, mais aussi bien plus amusant que de rester à la maison collé à un écran.

L’éclairage

Ne sortez jamais de nuit sans vos lumières! Assurez-vous d’avoir un éclairage avant et arrière. Vous pouvez les utiliser tous les deux en lumière constante ou clignotante, selon les circonstances.

Leur puissance se mesure en lumens. Plus le chiffre est haut, et plus la lumière est forte. En d’autres mots, plus de lumens = plus de lumière.

Assurez-vous de connaître les règles de circulation de votre pays ou de celui où vous vous déplacez. Posez-vous trois questions pour choisir les bons éclairages:

  1. Où allez-vous rouler?
  2. Ä quelle vitesse?
  3. Combien de temps allez-vous rouler dans le noir?

Il vous faudra des lumières plus ou moins puissantes selon vos réponses. Les éclairages les plus puissants sont plus chers. Si votre budget est léger, vous ne pourrez donc peut-être pas rouler aussi loin, aussi vite et aussi longtemps que vous ne le souhaiteriez.

Si vous roulez dans des zones bien éclairées, le rôle de vos feux de vélo sera surtout de vous permettre d’être vu par les piétons et les autres véhicules. Le feu avant doit avoir une puissance d’au moins 100 lumens pour un minimum de sécurité. Un éclairage plus puissant vous rendra plus visible et vous permettra de mieux voir dans les zones peu éclairées.

Si, mises à part les zones bien éclairées, vous roulez aussi dans des zones peu ou pas du tout éclairées, vous aurez besoin d’un éclairage plus puissant pour illuminer le terrain devant vous. Un feu avant de 500 lumens vous permet de facilement vous déplacer sur une route mal éclairée. 1000 lumens offrent une bonne visibilité pour rouler vite même sur une route non éclairée. Tout feu dépassant les 1000 lumens offre une visibilité encore meilleure.

C’est notre vitesse qui sera le facteur décisif pour choisir l’éclairage dans les zones peu ou pas éclairées, car notre temps de réaction est plus court à haute vitesse. Plus tôt vous voyez ce nid de poule, et plus vite vous pouvez réagir.

  • À 20-25 km/h, entre 500 et 700 lumens.
  • À plus de 25 km/h, au moins 700 lumens. 
  • À plus de 30 km/h, 1000 lumens.
  • Tout éclairage au-dessus des 1000 lumens vous aidera à mieux voir en descente.

En VTT, c’est toujours une bonne idée d’ajouter de la puissance et une lumière supplémentaire fixée au casque pour illuminer la zone devant vous. C’est tout particulièrement important dans les chemins étroits ou si vous osez explorer un trajet nocturne riche en descentes.

Trois éléments essentiels des éclairages vélo: la batterie, le système de fixation et les modes de fonctionnement.

  1. Batterie
  2. Système de fixation
  3. Modes de fonctionnement

Batterie

  • Rechargeable plutôt qu’à piles.
  • Feux avec une batterie intégrée ou une batterie séparée.
  • Un indicateur de charge pour éviter de tomber à court d’énergie et donc de lumière pendant la sortie.
  • Astuce en cas d’urgence: des éclairages de moindre puissance pour être vu, ou bien une petite batterie externe pour recharger vos feux. 

Système de fixation

  • La grande majorité des lumières viennent avec un système de fixation. Il en existe différents types: anneau de fixation en caoutchouc, sangles plastiques, velcro, support métal, adaptateurs de fixation pour compteur de vélo, etc.
  • Assurez-vous que la fixation marche pour votre tige de selle ou pour votre selle (feu arrière) et pour le guidon ou la potence (feu avant).
  • Votre choix d’éclairages vélo sera plus limité s’il vous faut une fixation spéciale.
  • Les lumières pour être vu ont les systèmes de fixation les plus simples. Les éclairages plus puissants et plus lourds ont besoin des fixations les plus complexes et résistantes. 

Modes de fonctionnement

  • Clignotant et fixe.
  • Différents types de clignotement permettent à l’éclairage de mieux attirer l’attention. 
  • Le mode lumière fixe peut avoir 1, 2 ou 3 intensités différentes. Cela permet de nous adapter aux conditions d’éclairage de la zone et d’éviter d’aveugler les autres véhicules ou les piétons. 

Comment positionner et vers où diriger les feux?

Les feux arrière doivent être montés sur la tige de selle ou sur la selle elle-même. Les selles Fizik sont équipées d’une fixation intégrée pour feu arrière sous la selle.

Assurez-vous que les feux ne soient pas couverts par la selle, par un sac ou par tout autre objet.

SOYEZ PRUDENT par jour de pluie ou si vous roulez sur un terrain humide et sale. Le feu arrière pourrait se trouver couvert de saleté et en devenir à peine visible.

Les feux avant doivent être pointés légèrement vers le bas pour diriger la lumière vers la route et nous aider à voir la zone devant nous sans aveugler les autres véhicules ou les piétons.

Les habits et lunettes de vélo

La grande majorité des vêtements de cyclisme comportent des détails réfléchissants, qui sont essentiels au moins sur ces quatre habits: le cuissard, les chaussures, les surchaussures et les gants.

Les détails réfléchissants sont encore plus visibles grâce aux mouvements de la jambe et du pied.

Des gants réfléchissants nous rendent davantage visibles dans les virages ou quand nous bougeons.

Nous pouvons aussi trouver des vestes de vélo, des gants ou des gilets comme le Langkawi de Siroko, avec des couleurs vives et éclatantes pour gagner encore en visibilité. Il existe aussi des habits tout spécialement conçus pour rouler de nuit, entièrement fabriqués en tissu réfléchissant.

Si vos vêtements n’ont pas de détails réfléchissants, vous pouvez acheter des bandes élastiques réfléchissantes pour vos avant-bras, vos chevilles ou votre taille. Elles sont très pratiques et faciles à trouver en ligne.

N’oubliez pas d’enfiler vos lunettes de vélo de nuit. Remplacez simplement leurs verres habituels avec un verre clair pour vous protéger les yeux du vent, du froid, de la poussière et des insectes. Des verres photochromiques feront aussi l’affaire pour rouler de nuit.

Choisissez les sorties en groupe

On pourrait croire que c’est plus dangereux de rouler en groupe, mais c’est le contraire, car plusieurs lumières clignotantes sont bien plus visibles qu’une seule. Les autres véhicules seront plus prudents quand ils verront plusieurs lumières, ce qui rend les sorties en groupe moins dangereuses.

Respectez les règles de circulation et assurez-vous qu’il y ait une bonne entente dans le groupe (choisissez des cyclistes avec qui vous avez l’habitude de rouler). Les cyclistes avec les meilleurs feux avant devraient ouvrir la marche pour pouvoir prévenir le reste du groupe en cas de nid de poule et autres obstacles sur la route.

Roulez en terrain connu

Vous serez davantage en sécurité si vous connaissez bien le terrain. Vous allez être impressionné par votre capacité innée à vous souvenir des nids de poule, des virages et des autres traits distinctifs du trajet. Ne succombez simplement pas à la surconfiance. La nuit reste la nuit, et puis, ce virage d’habitude stable sera peut-être glissant ou vous réservera une mauvaise surprise.

Pour les entraînements à intervalles, recherchez un terrain familier et bien éclairé. Vous pouvez de cette façon vous concentrer sur vos efforts sans affecter vos performances.

Soyez prudent à l’aube et au crépuscule

Cet article se concentre surtout sur le vélo de nuit, mais nous ne pouvons pas laisser passer l’opportunité de vous conseiller d’être prudent à l’aube et au crépuscule. À ces heures-là, le soleil est très bas et tout particulièrement éblouissant. Faites particulièrement attention, car il peut aveugler autant les cyclistes que les piétons et les conducteurs.

Si vous roulez en ville et que le soleil est aveuglant, rappelez-vous qu’il affecte aussi les conducteurs et piétons autour de vous. Gardez vos feux en mode clignotant pour être mieux vu et concentrez votre attention sur tout ce qui vous entoure. Si vous ne pouvez rien voir, arrêtez-vous et cherchez un trajet alternatif. Mieux vaut prévenir que guérir!

Notre expérience personnelle nous a appris que rouler de nuit n’est pas aussi dangereux qu’on pourrait le croire. Tout d’abord car il y a généralement moins de circulation, mais aussi car les conducteurs font généralement plus attention de nuit. On y voit moins, ce qui nous pousse à rouler moins vite et à faire plus attention à la route. Un feu clignotant attire bien plus l’attention de nuit qu’en plein soleil. Ne laissez donc pas l’obscurité vous effrayer: équipez-vous convenablement et ressentez pleinement la puissance du côté obscur.
← Volver al blog

También te puede interesar...