cover117

Choisir vos chaussettes de vélo : les types, tissus et fonctions

Pour trouver la paire de chaussettes de vélo qu’il vous faut, vous devez prendre en compte 6 aspects essentiels :

  1. Isolation thermique
  2. Respirabilité
  3. Absorption de l’humidité
  4. Compression
  5. Confort
  6. Préférences personnelles

Nous allons donc les étudier un à un dans ce guide d’achat des chaussettes vélo.

Isolation thermique

MG 4799

La plupart des fabricants proposent principalement deux types de chaussettes : soit pour les températures chaudes, soit pour le froid.

  • L’isolation thermique est inutile par temps chaud. Des chaussettes fines et légères en tissu respirant vous offriront un bon confort tout en vous gardant les pieds au sec. Vous trouverez une grande variété de chaussettes dans cette catégorie, depuis les ultra fines et légères pour les températures très élevées jusqu’aux chaussettes plus simples et basiques que vous pouvez aussi porter en hiver avec des surchaussures ou des couvre-orteils.
  • L’isolation est essentielle par temps froid. La laine mérinos est un tissu parfait grâce à ses propriétés isolantes et thermorégulatrices. Ce type de chaussettes vient en diverses épaisseurs et plus ou moins lourdes selon les températures à affronter.

Il existe également deux types de chaussettes conçues pour des conditions météo et des entraînements spécifiques :

  • Résistantes à l’eau ou déperlantes. Elles peuvent être faites en utilisant un traitement déperlant durable (DWR) et/ou une couche intermédiaire résistante à l’eau.
  • Aérodynamiques. Elles sont exactement comme des chaussettes d’été dans la zone du pied, mais elles sont faites en élasthanne à partir de la cheville pour s’ajuster au plus près façon seconde peau. Elles ont aussi des ouvertures dans le tissu pour favoriser la circulation de l’air et réduire la résistance.

Tissus

image 9

Pour offrir de l’isolation thermique, de la respirabilité et absorber l’humidité, ainsi que pour fournir compression et confort, les fabricants utilisent une combinaison de tissus naturels et synthétiques. Voici les plus utilisés :

  • Laine mérinos
    • Naturelle.
    • Douce. Ne gratte pas.
    • Légère. Différents poids peuvent alourdir et épaissir les chaussettes.
    • Isolation thermique. C’est la raison pour laquelle la laine mérinos est principalement utilisée pour les chaussettes d’hiver. 
    • Propriétés thermorégulatrices. 
    • Absorbe très bien l’humidité, très respirante pour vous garder les pieds au sec même l’été.
    • Propriétés antibactériennes qui préviennent les mauvaises odeurs.
  • Polyester
    • Synthétique.
    • Resistant, durable. Conserve sa forme.
    • Résistant aux tâches et à l’eau.
    • Respirabilité médiocre. Le polyester, plutôt que d’évacuer la sueur, l’empêche de sortir.
    • Doit être lavé régulièrement pour ne pas devenir le terrain de jeu rêvé des bactéries, des fongus et créer de mauvaises odeurs. 
  • Nylon
    • Synthétique.
    • Élasticité, résistance et légèreté.
    • Respirabilité réduite, car le nylon n’absorbe pas beaucoup d’humidité.
    • Offre un certain niveau de protection contre le vent.
  • Élasthanne (lycra ou spandex)
    • Synthétique.
    • Élastique, résistant, respirant et léger.
    • Conserve sa forme.
    • Protection thermique médiocre.
  • Polypropylène
    • Synthétique.
    • Élastique, résistant, respirant et doux.
    • Résistant aux tâches et à l’eau.

Le ratio poids-chaleur est important pour choisir la paire de chaussettes qu’il vous faut. Généralement, plus la chaussette est lourde, plus elle est épaisse et plus elle protège. Les chaussettes d’hiver réduisent souvent la proportion de laine mérinos pour la combiner avec d’autres fibres qui permettent d’obtenir des chaussettes plus fines et légères tout en conservant la plupart des propriétés isolantes.

Design et fabrication

image 8

Outre les tissus utilisés, les niveaux de compression et de confort offerts par la chaussettes dépendent aussi de leur design et de leur fabrication. Voici les éléments clés à prendre en compte :

  • Pas de couture à la pointe (autour des doigts de pied) pour éviter les frottements.
  • Bande élastique autour de la voûte plantaire pour garder les chaussettes en place et les empêcher de se plisser au bout de la chaussure.
  • Bord-côte ferme et élastique pour empêcher la chaussette de bouger.
  • Une zone renforcée à la pointe avec un tissu plus épais ou isolant pour protéger le pied du froid et du vent, et pour prévenir les trous causés par le frottement contre les ongles et la chaussure. 
  • Rembourrage au niveau de la voûte plantaire ou là où nous exerçons le plus de pression en pédalant. Une solution qui ne convient pas à tout le monde. Certains cyclistes préfèrent leurs chaussettes avec un peu de rembourrage pour plus de confort, d’autres ne veulent rien du tout pour obtenir un meilleur contact entre la chaussure et le pied.
  • Moins de tissu au niveau du talon. Il doit toujours y avoir assez de tissu pour le protéger contre les frottements, mais le talon n’a pas besoin de protection contre le froid. C’est pour ça que certains modèles (notamment d’hiver) utilisent un tissu plus fin aux alentours du talon pour que vous puissiez utiliser les mêmes chaussures toute l’année.
  • Protection supplémentaire pour les tibias. Certains modèles intègrent des tissus coupe-vent dans la jambe de la chaussette pour plus de protection sous le cuissard ou sous vos habits de tous les jours quand vous prenez le vélo pour aller au travail.

Épaisseur des chaussettes et taille de vos chaussures de vélo

image 7

Si vous portez le plus souvent des chaussettes d’hiver épaisses, alors faites attention quand vous cherchez des chaussures pour rouler l’été ; si vous les essayez avec des chaussettes légères d’été, elles risquent de ne pas vous aller du tout quand vous portez vos chaussettes hivernales, voire au mieux de ne pas être confortables. 

Si elles ne vous vont pas du tout, vous devrez porter des chaussettes d’hiver moins épaisses ou bien acheter des chaussures une demie taille au-dessus.

Si les chaussures vous vont à peu près mais sont trop serrées, vous aurez froid, pour deux raisons. Tout d’abord car le sang devrait pouvoir circuler sans problème jusqu’à vos pieds pour vous maintenir au chaud. Et deuxièmement car si la chaussette est trop serrée par la chaussure, alors vous disposez de moins d’air chaud pour servir de barrière contre le froid.

Si vous utilisez les mêmes chaussures en été comme en hiver, alors souvenez-vous de nos conseils quand vous choisissez votre paire et essayez-les avec des chaussettes d’été et d’hiver, surtout si ces dernières sont très épaisses.

Hauteur des chaussettes

image 6

La hauteur des chaussettes est mesurée du talon jusqu’au bord-côte, certaines chaussettes dépassant le niveau des genoux. Utilisez une règle ou un mètre ruban pour voir jusqu’où la chaussette grimpera sur votre jambe :

  • Socquettes : sous la cheville.
  • Chaussettes basses : au-dessus de la cheville. Environ 14 cm.
  • Chaussettes mi-mollet : environ 18 cm.
  • Chaussettes mi-hautes : environ 23 cm.
  • Chaussettes hautes : couvrent la majeure partie du mollet. Environ 30 cm.
  • Chaussettes longues. Ce sont généralement des chaussettes de compression (ou contention), utilisées après une sortie pour améliorer la récupération. On ne les porte que rarement pour rouler, mais des chaussettes longues thermiques peuvent offrir une couche supplémentaire sous le cuissard pour vous garder les jambes au chaud sous les genoux.

La hauteur de vos chaussettes est un choix motivé par vos préférences personnelles ou par les dernières modes. La plupart des cyclistes utilisaient jusqu’à récemment encore des chaussettes basses, puis les chaussettes mi-mollet se sont imposées, avant de laisser la place aux chaussettes hautes. Nous avons déjà abordé le sujet de la hauteur des chaussettes dans un article précédent consacré aux règles implicites et explicites des chaussettes de vélo.

Couleurs

socks

La hauteur des chaussettes n’est pas le seul critère à laisser à vos goûts et préférences : les couleurs et motifs sont encore plus personnels ! Nous pouvons en distinguer trois types principaux :

  • Monochromatiques. Le blanc et le noir sont les couleurs les plus communes, mais vous pouvez trouver des chaussettes monochromatiques de toutes les couleurs. Elles peuvent venir dans des formes variées, frappées d’un logo ou bien complètement sans motif.
  • Différentes couleurs et motifs simples (logos, bandes, lettres). Elles peuvent apporter quelque chose visuellement, surtout si vous les combinez bien avec votre vélo et avec le reste de votre équipement.
  • À motifs. Ce sont les styles les plus récents et les plus audacieux. Il en existe de nombreuses variations et vous pouvez même en personnaliser à votre goût. Elles sont plus dures à assortir avec le reste de votre équipement, mais si vous aimez les styles audacieux, qu’elles sont confortables et que leur esthétique vous parle, alors faites vous plaisir ! Il y a aussi plusieurs études qui montrent que ce que nous portons influence la façon dont nous pensons et dont nous agissons, alors ne sous-estimez pas l’effet positif que des chaussettes originales peuvent avoir ! #sockdoping :))

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.