4 vêtements de cyclisme qui peuvent être endommagés par votre vélo

Nous avons consacré un de nos articles à vous donner des conseils pour prendre soin de vos vêtements de vélo et leur permettre de rester en bon état le plus longtemps possible. Aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur la question de savoir comment un vélo mal entretenu (ou même en bon état!) peut finir par endommager ou user vos vêtements.

Si on jette un œil sur les dégâts que peut causer notre ami à deux roues à nos vêtements de vélo, on se dira forcément que seuls les équipements en contact direct avec le vélo seront touchés: cuissard, gants, chaussures, qui interagissent avec les trois points de contact cruciaux de votre monture: la selle, le guidon et les pédales. Mais continuez votre lecture pour découvrir un quatrième habit adoré des cyclistes qui peut lui aussi être lourdement affecté par notre cher deux roues.

Le cuissard et la selle

Le cuissard est la seule frontière entre nos fesses et la selle. La peau du vêtement nous serre de près, et le lycra de la couche externe est basiquement collé à la selle, donc tout mauvais frottement peut endommager le cuissard.

Si la selle a des coutures, des arêtes ou des détails décoratifs qui ressortent, alors il y a de très bonnes chances que le tissu du cuissard en contact avec ces zones soit exposé aux dégâts. La détérioration peut prendre la forme d’un léger boulochage si une zone du vêtement n’est exposée à rien d’autre que de la pression, jusqu’à des déchirures dans les zones très exposées aux frottements du pédalage.

Lors d’une chute, la selle finit généralement éraflée sur le côté large. Cela peut créer des zones pointues ou tranchantes dans lesquelles le lycra du cuissard peut se prendre.

Vous pouvez changer la selle sitôt que vous remarquez que des parties de sa surface commencent à craquer ou à s’enlever à cause des frottements et de l’usure.

Les gants et le guidon

Pour notre sécurité et notre confort, nous devrions porter des gants quand nous roulons. Ils nous protègent en cas de chute et, s’ils sont rembourrés, ils nous donnent plus de confort quand nous reposons nos mains sur le guidon. L’usure des gants dépend du type de vélo et de la prise et de la position du cycliste.

Les amateurs de VTT comptent énormément sur les poignées du guidon pour le soutien. L’étendue de l’usure des gants dépend du matériau des grips, mais quoi qu’il arrive, l’usure est inévitable.

Les poignées avec de bons grips collants feront plus de dégâts aux gants, mais il n’y a rien à y faire. Dans le VTT, il nous faut un grip de qualité sur le guidon pour contrôler le vélo. Mieux vaut changer de gants de temps en temps que de compter sur un moins bon grip qui multiplie les risques de chute.

Plus les poignées sont douces et lisses, et moins elles font de dégâts aux gants, mais l’usure dépendra aussi largement de la façon dont nous tenons le guidon et de la position de nos mains. Comme nous venons de le dire, les mains sont essentielles pour les amateurs de VTT, car ils doivent serrer le guidon quasiment en permanence, ce qui explique que l’usure des gants est plus marquée dans la zone intérieure entre le pouce et l’index. La paume du gant tout entière est aussi touchée, notamment là où commencent les doigts, et là où vous ressentez de la douleur après être resté dans la mauvaise position trop longtemps.

La situation change sur un vélo de route, car le support et le type de grip sont différents. Les mains n'agrippent pas le guidon autant que sur un VTT, et en exerçant moins de force sur les poignées, les gants connaissent généralement une usure moindre et durent donc plus longtemps. Mais là aussi tout dépend de la façon dont nous tenons le guidon et de la position où nous gardons les mains.

La position la plus commune est de garder les mains sur les cocottes qui comportent un grip en caoutchouc. C’est donc normal que des gants courts s’usent dans la zone intérieure entre le pouce et l’index. Pour les gants qui couvrent tout le doigt, la zone intérieure entière du pouce est exposée à l’usure. Des millions d’années d'évolution nous ont offert un pouce opposable que nous utilisons pour agripper les cocottes, notamment quand nous nous mettons en danseuse. Mais puisque tous les cyclistes ne placent pas de la même façon leurs mains et doigts sur les cocottes, l’usure des gants dépendra de chacun.

Nous plaçons aussi beaucoup nos mains sur le dessus du guidon, au milieu du cintre du vélo de route, pour agripper le guidon ou simplement pour y reposer la paume de nos mains. Ne vous faites pas de souci pour vos gants ici: dans cette position, l’usure est minimale. C’est la même chose quand nous baissons nos mains pour les reposer sur les barres inférieures du guidon, en dessous des cocottes. Dans les deux cas, les gants s’usent très peu tant que le ruban du guidon n’est pas fait de papier de verre.

Les chaussures et les pédales

Tous les cyclistes qui utilisent des pédales automatiques ont déjà glissé et tapé la semelle avec la pédale en essayant de la clipser, en laissant au passage une grosse marque sur la chaussure. Nous connaissons tous cette douleur, mais il y a davantage à en dire...

Les chaussures de vélo frottent aussi souvent contre le pédalier, et parfois même contre les haubans. Si nous maintenons une cadence de pédalage de 90 RPM et que nous roulons 6 heures par semaine, alors nous obtenons 32 400 tours de pédale. Nous ne frottons pas la chaussure contre le pédalier à chaque révolution, mais au fil de nombreux coups de pédale, la face intérieure des chaussures au niveau du talon et du pédalier finit par s’user. Pour certains cyclistes, il n’y a rien à faire, car leur position à vélo est correcte et que le coup de pédale est rond. Mais dans d’autres cas, le problème peut être résolu en visitant un atelier ou une boutique spécialisée pour ajuster les cales ou la position à vélo après une étude biomécanique.

Adieu chaussettes!

Nos très chères chaussettes de vélo ne sont pas en contact direct avec le vélo, et pourtant, elles sont soumises à une usure importante car elles sont exposées à des frottements aléatoires. Elles peuvent finir tachées, effilochées et déchirées.

Les dents des plateaux, tout juste au niveau de nos chaussettes, sont pointues et peuvent frotter contre le tissu et le déchirer. Rappelez-vous que si vous portez des chaussures de vélo à lacets, vous devriez cacher les lacets à l’intérieur pour qu’ils ne s’emmêlent pas dans les plateaux. Et si le câble du dérailleur avant est en mauvais état, il peut aussi accrocher les chaussettes et les effilocher.

Si nous frottons contre les dents des plateaux, nous éviterons peut-être de déchirer le tissu, mais nos chaussettes finiront avec des taches impressionnantes. Toute chaussette qui n’est pas noire finira tachée de saleté, de graisse ou de lubrifiant à cause de la chaîne, des plateaux ou des pédales. De telles taches sont invisibles sur les chaussettes noires, mais resteront visibles sur toutes les autres couleurs jusqu’à ce que nous rentrions laver nos chaussettes. La saleté mélangée à la graisse n’est pas facile à laver. Nous vous recommandons de laver les chaussettes à la main avec de l’eau tiède et un savon neutre.

Même si vous gardez tout bien au propre, c’est difficile de ne pas tacher ses chaussettes quand elles touchent une partie quelconque du pédalier ou les pédales elles-même. La seule chose à faire est de s’entraîner à grimper et à descendre de vélo, à enclencher et à désenclencher les pédales, et à trouver la position optimale pour vos pieds quand vous êtes à vélo mais que vous ne pédalez pas, car ce sont les moments où vous avez le plus de chance de tacher vos chaussettes.

← Volver al blog

También te puede interesar...