cover 140 mejoras

7 upgrades inutiles pour les vélos

Si vous songez à mettre votre vélo à niveau, alors jetez un œil à ces 7 upgrades coûteux et inutiles pour la plupart des cyclistes, pour mieux décider de vos priorités. Enfin, soyons honnêtes : certains apportent des gains marginaux. D’autres améliorent l’esthétique du vélo. Certains aident même à en faire une meilleure monture, au prix de la praticité. Mais un vélo, c’est fait pour rouler, et en implantant certains de ces upgrades, vous risquez de compromettre votre confort et votre sécurité, en plus du coût parfois considérable pour le portefeuille.

Système de chape à galets surdimensionnés

image


Le prix (de 200 à 800 €) et le gain de puissance marginal (2-3 watts) en font un upgrade inutile. Il doit bien y avoir une raison pour laquelle on ne rencontre pas souvent ces systèmes, même dans les pelotons professionnels.

Roulements à billes en céramique


Nous avons déjà abordé le sujet des roulements à billes en céramique dans cet article. Des roulements à billes en acier de qualité, fabriqués par des marques comme NTN, NSK ou SKF sont beaucoup moins chers que les roulements en céramique, qui offrent encore moins de gains performances que les galets du dérailleur.

Groupe de transmission haut de gamme


Des marques comme Sram, Shimano et Campagnolo proposent des groupes de transmission haut de gamme mais très coûteux comparés à des groupes moins onéreux qui se montrent tout aussi fonctionnels et efficaces. Le gain d’un groupe haut de gamme tient principalement dans le poids (200-300g) ; en matière d’esthétique, tout dépend de vos goûts. Vous pouvez tout à fait opter pour un groupe haut de gamme pour le statut ou la réputation, mais ne prenez pas de haut les cyclistes avec un groupe plus abordable comme le Shimano 105.

Reste une question : groupe électronique ou mécanique ? Les deux sont un bon choix, mais les groupes mécaniques se font de plus en plus rares. Vous n’avez peut-être pas besoin d’un groupe électronique, mais si c’est la préférence du fabricant, on peut s’attendre à ce que cela devienne le seul choix disponible dans le futur.


Les groupes électroniques, au même titre que les freins à disque, sont très utiles pour tous les cyclistes souffrant d’une blessure au poignet, à la main ou aux doigts, permettant ainsi à de nombreuses personnes de continuer à pratiquer leur sport préféré.

Pédales haut de gamme

Comparons plusieurs modèles de différentes marques, pour le VTT et le vélo de route :


En matière de VTT, les Shimano XTR et XT sont extrêmement similaires. Les XTR coûtent entre 130 et 150 € pour un poids de 312 g. Les pédales XT sont vendues entre 80 et 100 € et pèsent 339 g. Si nous descendons un peu en gamme, nous trouvons les pédales Shimano PD-M540 entre 60 et 70 € pour 352 g.

image 1


Côté vélo de route : vous pouvez acheter les Wahoo Speedplay Nano, 171 grammes, pour environ 450 €. Une version moins onéreuse revient environ 150 € pour 232 g. À 190 grammes sur la balance, les pédales Look KéO Blade Caron Ti Ceramic coûtent entre 280 et 300 €. Le même modèle sans axe en titane ni roulements à bille céramique coûtent entre 130 et 150 € pour 220 g.


La situation des pédales est la même que pour les groupes : les fonctionnalités et les performances sont les mêmes, et le poids est la principale différence. Mais ce n’est pas facile d’alléger son vélo, et le coût grimpe vite.

Porte-bidons ultra légers et ultra chers

Voilà un candidat sérieux à l’upgrade le plus inutile de notre sélection, surtout lorsque l’on se tourne vers les modèles les plus coûteux. Vous n’y gagnez que quelques grammes, et encore, on peut trouver des porte-bidons en plastique plus légers que certains faits en titane ou en carbone. Et les porte-bidons les plus chers ne sont pas les plus efficaces, et vous risquez de voir votre bidon tomber à chaque bosse sur la route.

Pneus tubulaires

Nous ne parlons pas de VTT ici, car les pneus tubulaires ne sont pas pratiques pour la discipline, pas même en compétition.


Les pneus tubulaires ont des avantages et des inconvénients pour les vélos de route, que nous avons présentés dans ce précédent article. Côté avantages, seule la légèreté est importante de nos jours, car les pneus conventionnels et tubeless atteignent dorénavant des performances similaires ou même supérieures aux pneus tubulaires. Ce n’est pas pour rien que de nombreuses équipes professionnelles sont passées aux tubeless.

L’aéro ne fait pas tout

La marque Specialized en a fait son slogan : Aero is everything. Mais nous devons vous faire part de notre désaccord : tout ne doit pas être aérodynamique, et la vaste majorité des cyclistes peut se passer de matériel aussi spécialisé. La raison en est que les avantages offerts par l’aéro sont basés sur des recherches en soufflerie et qu’ils s’améliorent encore avec la vitesse. Voici quelques exemples pour mieux comprendre :


Le fabricant suisse Scott affirme que leur nouveau modèle Scott Foil est 20 % plus rapide, et qu’un cycliste pourrait faire 40 km à 40 km/h en 1 mn 18 s de moins qu’avec le précédent modèle Scott Foil. Maintenant si vous roulez déjà à 40 km/h sur 40 km, dites-le nous dans les commentaires, car nous ne connaissons pas beaucoup d’amateurs qui en sont capables.

Des pièces aérodynamiques ne sont pas non plus forcément nécessaires pour les roues. Une jante plus profonde ne vous aide pas à rouler mieux et plus vite, car des roues trop profondes sont aérodynamiques mais causent de l’instabilité et peuvent compromettre votre sécurité à vélo. La profondeur de jante idéale pour la plupart des cyclistes se trouve entre 30 et 40 mm. Si vous êtes plutôt lourd, que vous participez à des courses et/ou que vous avez les compétences nécessaires, alors vous pouvez opter pour des jantes plus profondes. Mais 60 mm et plus sont des profondeurs réservées aux contre-la-montre et au triathlon.

Compromettre confort et sécurité au nom de la légèreté

“Strong. Light. Cheap. Pick two”. L’adage est dû au vttiste américain Keith Bontrager, et on pourrait le traduire par : Solide. Léger. Bon marché. Choisissez-en deux. Tous les cyclistes cherchent des façons de réduire le poids du vélo, mais l’énorme majorité des pièces ultra légères doivent faire des compromis sur le prix et/ou la solidité.


Les pièces de vélo ultra légères ne sont pas seulement ultra coûteuses, elles peuvent aussi nuire à votre confort et à votre sécurité. C’est notamment le cas pour les copies de grandes marques ou les contrefaçons, quand les pièces ne sont pas installées comme il faut ou bien quand elles ne sont pas utilisées comme elles le devraient (mauvais réglage du couple, discipline cycliste non recommandée…) ou bien quand vous dépassez les limites du poids du cycliste recommandées par les fabricants.

Nous ne pouvons cependant pas nier un aspect essentiel dans notre décision de mettre à jour notre vélo : l’impulsion et l’envie du moment, qui parfois se moquent de nos véritables besoins, et qui expliquent pourquoi nous avons changé notre Ultegra pour un Dura-Ace ou bien que nous ayons fini avec des roues à jantes ultra profondes pour lesquelles nous n’avons pas la moindre utilité. N’oublions jamais que notre vélo, nous le gagnons avec notre travail. Si un upgrade vous fait plaisir, qu’il soit nécessaire ou non, alors tant qu’il ne compromet pas votre sécurité ni votre confort, foncez ! Ne perdons jamais de vue que nous faisons du vélo avant tout pour le plaisir.

2 commentaires sur “7 upgrades inutiles pour les vélos”

  1. Avatar
    PALMISANO Domenico

    Excellent article, il est temps que les cyclistes, de tous les jours, prennent conscience que le meilleur upgrade est la force dans les jambes. çà suffit de maigrir d’1 kg. et vous auriez épargné beaucoup d’argent et gagné en santé.

    1. Siroko

      Merci beaucoup de votre commentaire et nous sommes entièrement d’accord avec vous. L’entraînement et la nutrition sont les améliorations les moins coûteuses et les plus efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *

Articles vedettes