cover 116

6 causes courantes de douleurs quand vous roulez à vélo

C’est un fait : pratiquer le cyclisme est excellent pour la santé. Mais tout le monde a déjà vécu inconfort ou douleurs en roulant. Depuis la lutte classique entre fesses et selle (et c’est toujours la selle qui gagne) jusqu’à cette sensation inconfortable de feu aux pieds en passant par toute une myriade de petites douleurs plus ou moins intenses, les maux sont variés. Vous pouvez rencontrer quelque chose d’aussi simple qu’une petite douleur qui se réveille après une ou deux heures à vélo, ou bien une sensation inconfortable plus ou moins constante, voire même quelque chose qui vous pousse à vous arrêter complètement de pédaler. Nous essayons tout type de solution pour soulager ces maux petits et grands : nous roulons en danseuse, nous changeons la position de nos mains sur le guidon, nous faisons des étirements ou nous suivons une physiothérapie. Mais le soulagement n’est que momentané. Si nous ne trouvons pas l’origine de la douleur, alors elle finit toujours par revenir. Voici donc les 6 causes les plus répandues d’inconfort, de douleurs ou de blessures à vélo :

Mauvaise forme physique et/ou peu d’habitudes d’entraînement

image 5

Vous pouvez vous attendre à des douleurs quand vous vous lancez dans le vélo. C’est la même chose pour quiconque remonte en selle après une longue pause. Les douleurs les plus communes touchent les fesses, mais aussi les jambes, le dos, le cou et les mains. La plupart disparaissent quand vous retrouvez la forme ou quand votre corps s’habitue à ce type d’activité physique et à la position à vélo. Si les douleurs persistent, peut-être que quelque chose ne tourne pas rond. Mais si de nouvelles douleurs apparaissent, alors elles tombent dans la catégorie qui suit.

Rouler trop et/ou trop vite

image 4

Même les professionnels finissent le corps endolori après plusieurs étapes ou courses intenses. C’est donc normal que nous autres simples mortels souffrions de douleur après 5 ou 6 heures en montagne ou à rouler en position aérodynamique pour aller plus vite. Ce type de souffrances est forcément lié aux entraînements intenses et prolongés. Vous pouvez les réduire, mais même les meilleurs biomécaniciens ne pourront pas les éliminer entièrement.

Position incorrecte sur le vélo

image 3

C’est sans aucun doute la source de douleurs la plus commune, et celle capable de créer la plus grande variété de maux. Le problème peut venir de littéralement tout : position des cales de la pédale, hauteur du guidon ou de la selle, type de selle, longueur de la potence, et bien d’autres choses encore. Trouver la source des douleurs n’est pas facile, et desserrer quelques boulons pour ajuster différentes pièces peut résoudre un problème et en créer un autre. Si vous utilisez beaucoup votre vélo et que vous voulez éviter les douleurs pour rouler avec tout le confort possible, alors nous vous recommandons de vous livrer à une étude biomécanique. Oui, ça coûte cher, mais ça vous permettra de rouler plus vite, dans plus de confort, et surtout d’éviter des blessures et, sur le long terme, de faire des économies en frais de santé, de physiothérapie, de massages… En plus de personnaliser votre vélo, une étude biomécanique complète peut dans certains cas révéler que l’origine des douleurs est dans un des deux groupes suivants.

Asymétries corporelles

Un bon biomécanicien commencera son étude avec une série de questions sur votre condition physique, vos douleurs et blessures, votre expérience, la discipline que vous pratiquez, comment vous utilisez votre vélo… Il fera ensuite un scan ou prendra des mesures pour connaître l’amplitude du mouvement des articulations et détecter de possibles asymétries. Un pied plus court, une jambe plus longue que l’autre, une blessure à la hanche, à un genou ou une cheville… Tout ça peut pousser notre corps à chercher un équilibre et peut générer des douleurs ou un inconfort dans certains muscles et articulations du même côté, du côté opposé ou dans d’autres zones du corps (les problèmes de hanche causent très souvent des douleurs lombaires par exemple).

Faiblesse ou déséquilibre musculaire

image 2

On parle à la fois en termes de force et de souplesse, et c’est pour ça que la musculation et travailler la plasticité des muscles est essentiel. Nous devrions nous concentrer sur les muscles que nous utilisons à vélo, mais aussi sur ceux qui nous aident tout simplement à rouler confortablement même si nous ne les utilisons pas activement, ainsi que sur les muscles qui s’affaiblissent ou se raccourcissent à cause du cyclisme. C’est encore plus important si nous passons beaucoup de temps assis au travail. Une telle faiblesse ou un déséquilibre ne sont pas faciles à détecter, à moins d’être véritablement évidents. En cas de douleur persistante, nous vous recommandons donc de voir un physiothérapeute, un biomécanicien ou un médecin spécialisé dans le sport pour mener tous les tests et études nécessaires.

Les mauvais vêtements et accessoires

image 1

Vous lisez un article du blog de Siroko après tout, alors comment pourrions-nous oublier l’inconfort et les douleurs causés par un mauvais choix de vêtements de vélo et d’accessoires ? Et nous parlons de quand vous les utilisez mal, et aussi de quand vous ne les utilisez pas du tout…

La zone du fessier et de l’entrejambe exige une attention toute particulière. Nous vous recommandons chaudement de porter un cuissard avec une bonne peau sans porter de sous-vêtement, et de choisir la bonne taille pour que le vêtement s’ajuste de prêt et que la peau ne bouge pas, ce qui lui permettra de remplir sa mission sans frottements ni irritations. Rappelez-vous que les tissus des cuissards sont très élastiques, donc si vous vous trouvez entre deux tailles, choisissez toujours la plus petite.

Une douleur aux doigts ou au mains peut venir du fait que nous n’utilisons pas de gants, ou qu’ils ne sont pas assez rembourrés pour supporter la pression que nous mettons sur le guidon.

Parlons enfin du troisième point de soutien de notre corps sur le vélo : les pieds. Des chaussures de cyclisme trop serrées ou trop étroites et des chaussettes trop épaisses peuvent nuire à la circulation sanguine, exercer trop de pression et créer des fourmis dans les jambes ou autres types d’inconfort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.